Le chamanisme est porteur d’un héritage ancestral spirituel, transmis oralement depuis des millénaires. Il part du principe que nous ne sommes pas séparés de la nature, nous en faisons partie. Cette conscience écologique n’est pas exclusive au chamanisme, ainsi de nombreuses pratiques nous invitent ainsi à nous (re)connecter aux énergies de notre planète comme les bains de forêt. Le chamanisme invite de manière plus profonde à un voyage comme l’évoquait l’ethnologue Mircea Eliade, dont les écrits ont participé à la redécouverte de cette tradition : « Chacun est vu comme un « voyageur cosmique » vivant son périple sur terre sur le modèle des cycles du soleil et de la lune, des quatre saisons et des points cardinaux« . 

Cette invitation au « voyage intérieur » est également souligné par Else Oreve, enseignante chamanique formée par la Foundation for Shamanic Studies (FFS) : « Pratiquer le chamanisme, c’est s’engager sur une voie d’exploration, de transformation, poser un nouveau regard sur soi-même et le monde, se mettre au diapason avec le rythme de la vie« . 

Initiation Chamanique avec Tchajo

L’animal Totem: un allié de sagesse

Dans la tradition chamanique, il existe une autre réalité que celle de notre monde visible et tangible. « Nous avons tous un animal Totem, qui nous relie aux qualités du monde animal, et aux ressources spécifiques à chacun » . Ce sont des « esprits » alliés en quelque sorte. Chaque animal Totem est porteur d’une spécificité et d’une force qu’il peut nous transmettre, c’est son pouvoir « médecine » comme l’appelle les chamanes. « Certains animaux nous sont plus familiers que d’autres, comme la chouette, l’aigle, l’ours, par exemple » . La chouette est communément associée au Monde de la nuit, ses mystères et l’intuition ; l’aigle à sa capacité à prendre de la hauteur…j’ai rencontré mon animal totem lors d’une transe au cours d’un voyage suite à la participation à une hutte de sudation, accompagnée par Tchajo.

Comment connaître son animal totem ? Aujourd’hui, il est courant d’aller rencontrer son animal de « pouvoir » lors de voyages chamaniques au tambour, afin de recevoir une vision, un message : « Ils nous parviennent sous forme d’images ou d’une petite voix intérieure« , explique l’enseignante chamanique. 

La nature est également une porte donnant sur ce monde. De simples balades peuvent donner lieu à une rencontre avec votre animal Totem : « Observez votre environnement, votre animal peut surgir dans la forme d’un rocher ou d’un arbre, d’un nuage, ici et là peut apparaître, un lynx, une baleine…« . Tous ces signes sont en fait des messages, qui sont le plus souvent des réponses à des questions très concrètes que nous nous posons, que ce soit à propos d’une relation, d’un travail… A nous de les décoder selon une grille, qui n’est plus de l’ordre de la logique, mais du ressenti. Et de se faire confiance. 

La roue de médecine : une boussole pour sa vie !

En chamanisme, tout est cercle ! Traditionnellement, le terme « Roue de médecine » renvoie au cercle, et plus précisément au « cercle de vie ». Un des principes fondateurs de la tradition chamanique est la notion d’inter-reliance : « L’objectif de la roue de médecine est de nous relier au rythme des saisons, au grands cycle de la vie (naissance, puberté, maturité, mort), et plus largement à notre environnement« , nous expose Pierre Dugenetay , formé aux pratiques chamaniques, avec lequel j’ai réalisé deux tambours chamaniques;

Elle est découpée en quatre cadrans qui représentent les quatre points cardinaux : le Nord, le Sud, l’Est, l’Ouest. Le plus souvent, on associe à chaque cadran une saison, un animal, un élément (Terre/Eau/feu/Air), une couleur… Chaque cadran est ainsi porteur d’une énergie spécifique, que nous allons pouvoir contacter en « parcourant » la roue. Dans les cérémonies chamaniques, la roue de médecine est réalisée au sol, en pleine nature, à l’aide de pierres, de fleurs, ou d’autres éléments naturels. 

Que fait-on en cercle chamanique  ? La pratique consiste, lors d’une cérémonie en groupe menée par un chaman, à parcourir physiquement le cercle représenté au sol, c’est-à-dire chaque étape de la roue. Accompagné par le tambour, vous séjournez dans chacun des cadrans pour « revisiter » les différentes étapes de votre vie, par exemple, ou encore vous relier à l’énergie d’une saison, selon votre besoin du moment. 

« Chaque cadran est en lien avec un principe transposable dans son quotidien, comme le renouveau à l’Est/printemps, la joie au Sud/Eté, le lâcher prise, Ouest/automne, ou la sagesse au Nord/Hiver » développe Tchajo chamane Algonquine à l’origine de mon initiation . Par exemple, si vous avez besoin de vous défaire d’une colère, un rituel avec une danse et/ou un chant, dans le secteur Ouest/automne, permettra de vous en libérer. Avec un peu d’expérience, vous pourrez réaliser votre propre roue de médecine, chez vous, pour rester relié au quotidien. 

Source texte : Catherine Maillard, Chamanisme

Intégration créative suite à un tirage de cartes du Jeu Oumrazai